Présentation
Produit

BILLETS PATOISANTS DE MARCEL

    VERS PAGE D'ACCUEIL

LES BILLETS DE MARCEL BOUSSART

A no mézon, èl'cuisine c'est m'domaine. Waïe, d'jé m'sins bie dins mes castroles, mes plats eyè mes tèrines, mes livres dé r'cettes. D'je dwa vo avouer qué c'est l'mestie qué d'j'aroû volu fé : cuistot. On m'afuble toudi in curé dins les pièces du "  Pavé Picard Binchou "  - faut dire qué

dins l'binde y n'a qu'mi qu'a l'tiète dé l'emploi - mais m'rêve c'est d'porter in d'jou l'toke blanke.


Bref, tous l'z'ans, y faut qué d'jé fasse el même èl d'jou d' èl'Cand'lèye. D'jé m'rinfrume pou préparer tous l'z'ingrédients èyè d'je répète les mêmes gesses : farène, bûre, sé, in quart'ron d'û, du bon lé qui n'a nî stè batizî, in saclot d'suke " gamin "… rie qu'a vîr tout ça d'sus l'tâbe,  ça glète dèd'jà d't'avaû vo minton.                                                                                             


El' sî qu'y n'a jamé cuît s'd'joû là n'sé nî l'plaisî qu'on a d'lè r'tourner. Bie non, nî l'fème d'èl mézon… mais èl prémière crèpe du deux d'févier. I n'd'a nî deux com'mi pou swive èl tradition : ène pièce in oûr dins n'main èyè l'payèle toute caûde dins l'aute. I paraît qu'ainsi on est seûre d'avwâr des liârds toute l'année.


Vo d'vé vo dîre : "  bie, commint c'qu'il a des pièces in oûr ? "

D'j'avoû n'grand-mère maternelle qui astoû  v'nue au monde dins n'famille aïusqué les tartines n'astinn'té nî toudi r'tournées du costé du bûre. A quinze ans, on voloût l'fé travayïe à  l'fosse. Heureus'mint pour li, c'est n'comtesse dè s'vilâge qui l'a wîdîe du d'jeu èyè qui l'a pris in service à s'château. Grâce à li, èle a yeu l'chance d'apprinde à lire èyè même à s'crire in p'tit coup mieux qu'les z'autes. El' avoût 96 ans, in 1966, qu'èle fésoût co tous les colonnes d'èl gazette tous les d'jous.  C'est adont qu'elle est morte in léchant ène vieille boîte à prises avec ène dizène dé pièces dédins. On n'a ni ieu l'temps d'les fé r'fondre pou d'in fé in bijou d'famille qué d'jé d'avoûs d'jà r'vindu deux-twas à l'banque pou assurer mes sorties d'jône homme. Mais, pou respecter l'traditon, d'j'ai toudi t'nu l'dernière. Merci grand'mère !


El'dicton l'dit bie : " A l'Cand'lèye, l'iviér' ès fé pu tinde ou bî i r' dgèle à piér'finde " . In tous les cas, on s'souvéra d'l'année 2007. I n'a jamé fé aussi caud à s'période ci. D'ailleurs, èm' visène, qui doit taper dins les nonante, cwât ferme èyè dur qu'elle va batte lè r'cord dé Geneviève… qui s'a r'vu à quatre vingt chinq ans.


Au fond, c'est vrai, d'je transpire tél'mint mi étou,  qué c'est put-ète èm'printemps précoce qui moustre ès'nez.. I faûroû bie, savé, quand d'je pinse à tout c'qui va co kéyi d'sus m'dos c'mois ci. Em' n'aniversère dé mariâge, èl cie d'èm' fème, èl bèl'mère à la mer, les vacances in Turquie… D'je va prévwâr ène réserve dé scanesons dé r'change, on n'sé jamé c'qui pourroû arriver. I faut quéqu'fois s'assîr pou n'nî kèyi.


D'je n'ai ni fait carnéval… d'je n'saroû nie vo z'in parler. D'j'ai tout suivi d'sus Internet éyè TV-chinq-monde. Si d'jé ieu mau m'boudène d'jé n'vo l'dirai nie, ça vo froût trop plaisi. Si d'j'ai ieu n'larme à l'œil, èl' est co dins m'mouchoir èyè d'jé l'tie'n pour mi. Mais, aussi long qué d'j'astoû, d'j'ai vu l'rayon d'soleil éyè vos tiètes à barètes rayonantes, d'jé pinsé à vous autes,  disant com'èl turc qu'astoût près d'mi - li, dins s'langue eyé mi dins l'mienne, bien seûre -

" Qué chance qu'y z'ont les Binchous d'iète né dins n' si belle ville " !             28 février 2007

D’je sus binêse comme in bossu qu’èl preumî billet qué d’je s'cris pou m’camarade Robert wide justémint èl d’jou d’èm n’aniversère. Waïe, mes d’gins, c’astoût y a d’ja 62 ans. Nos Ardènes astinn’té invahîes pa les z’allemands. L’offensife “Van rouge tette”, come on l’dit si bie à Binche. Savé bie qu’à cause dé ça, y  a des doutes dessus m’naissance ?

D’jé r’trouvé, in f’sant les fonds d’tiroirs chez mes parints, in fére-part, réalisé par Gérard Lebrun, èl prope cousin d’èm papa, qui indique èl vingt-chinq décembre eyé, dè l’aute costé, à l’état-civil, on a s’crit èl vingt-six.

I n’faut nî yète dûr dè comperdûre pou situer l’afère : c’astoût l’nwît dé Nowé, on n’fésoû nie réveillon dé l’guerre... nie moyî d’trouver “D’Sirée l’accoucheuse”... adon, pindant què m’maman gueuloût aussi foûrt qué les avions qui passin’té, y z’ont stran.nés sakant bouteilles dé goutte pour r’mouillyie m’n’arrivée. Pinsé bie qu’èl lendemain i z’astin’té biau pour d’aller m’déclarer.

D’jé n’sarai donc jamé èl vérité la d’sus. Dé toute façon, èm papa m’a toudi dit qué d’j’avou sté fé pou avoûâr des timbres supplémentaires à l’fin dè l’guerre. Donc, on astoû nie à l’après d’in d’jou. D’jé co raté in aute afère. No p’tite méson d’ouvrïe astoû au Transvaal, éyé l’gardin donnoû d’sus l’pont d’Hurtebise. Donc, si m’maman avoû pierdu ses iaux dins l’poulie, d’j’astoû binchou éyé com’ èle a accouchie din l’cuisine, d’jé su d’Waudrez. Ca n’est nie n’tare savé, qué du contraire.


          D’jé vo raconte èm vie éyé d’j’oublie dé vo parler du mois qui s’in và tout douc’mint. Les fiètes n’on nie sté fayées pou Binche. On a même dansé dins les cabarets à St-Eloi, Ste-Barbe éyé Saint-Nicolas éyé i n’a nie ieu trop d’bouzin.


          Après ça, ia co ieu... bah, waïe, hein, on n’pu nie fé sans d’in parler tout d’même, ça a foutu l’soûrt assé dins Binche... les nouviaux élus sont rintrés, d’bon dwat, à l’Hôtel dé Ville èl 15 dé décembre. D’je n’oublierai jamé leu sourire, el sie du vainqueur mais qui d’meure humain, sans méprisie persone. I s’sont instalés, in p’tit coup émus, ça s’comprind, mais surtout fermes eyé conscyints dé iètes fin prêts à oeuvrer pou l’pu grand bie dé d’tertous eyé pou l’renom dé no bonne vieille vile dé Binche.


          E’m m’pétit doûgt m’dit qu’avec ieusses no d’alons iètes heureux eyé d’j’in profite pou les féliciter in lieu d’sant : “Maïeur, éch’vins, conseillés, vo asté “les hommes” qui vont fé l’entité d’Binche dé d’main, no vo f’sons confiance mais, vous autes, faites tout pou qu’no soyisses fiers dé vo avou choisis.


            I m’chène a vî qué d’je d’vie long... c’est toudi ainsi l’premie coup, après, les neurones vont sé stabiliser. Pourtant, d’je vu nie iète in r’tard pou vo dire “ène bonne année”, d’je vo l’souhète heureuse eyé plène dé joies, fructueuse eyé prospère avec èle réalisation dé tout c’qué vo volé. D’jé vos bustoque, d’jé vos rastoke... c’n’est nie pou l’honneur eyé pou la gloire, mais pou avoû ène goutte à bware.


          Savé bie qué d’in n’bonne sémaine, les barakes s’ront d’sus l’place ? Savé bien qué Binche va bie râde è’r’vibrer au son des avants-din-ners ? Waïe, c’in biau tout ça mais... c’est pou l’coup qui vie !


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

                                                                                                                                       Marcel BOUSSART


                                                                                                                                                  décembre 2006

     Après l'condjî d'carnèval eyè les vacances dé Pâkes, on a toudi in p'tit coup difficile dé r'trouver in s'cond souffle. I faut dire qu'èl cang'mint d'heure n'arinje nî les afères. On est  d'jà s'crant in sé l'vant. I n'faut nî m'in voulwâr si d'jè su in r'tard pou m'pétit billet mais, comme on dit à branmint des places àyû c'qu'on n'sé nie vos donner c'qué vos d'mandé : " c'est d'el faute à l'ordinateur…" . D'je vo z'intind d'èd'ci marmonner intré vos dints : " Waïe, el machine elle a co bon dos ". Tintion à vous, savé, pasque quand on tape in pavé dins l'marmite dè s'vizin, on est souvint spité ! C'est vré qué d'jé dû r'nouv'ler tout m'matériel, éyé, là-d'sus, avu l'temps qui passoû, il a falu r'mète à d'jou mes couyonâdes.

Waïe, bie quand d'j'y pinse, y a pu d'six s'mènes qué d' jé acaté mes preùmières " cloches d'abbé " … des jonquilles s'y vos aimé mieux. On n'a même pu l'temps dè daler l'zè cueilli. On s'dit : " Bâ lè bon! A deux euros l'bouquet, ça n'vaut nî l'pène dè s'abachî èyè d'riskî dé sclèfer s'marone ou bî d'astraper in r'tour dé rangn'. In f'sant  n'clignote à l'coumère, d' jé mème ieu twas biaû  boukè bî fourni pou twas euros d'pu.


Com' ç'astoû l'd'joû du markie, d'jé yeu dwa étou aux agaces des trop d'langue dè binchous… " Froteû d'manche… Bradeû d'ménage… D'avé co fé yeune ?… Avé n'sakè à vos fé pardonner sûr'mînt …”, éyè tout  l'capelé a suivî.

Figuré vous qu'in l'zé ram'nant à m'fème, d' jé m'sintou tout géné d’avwâr pàyî si paû quant on pinse à tout l'maux qu'on a pou l'zè trouver, éyé d'jé r'voyoû tous les bons moumînts qu'on a couneû quand, infants, on nos f'zoû l'ver à l'pikète du d'joû pou s'in-daler, à pied (èl'machine né vû nî l'escrîre in patois !!! ) du costé d'Bonne-Espérance. On lond'joû l'kémin d'fier d'èl guinguète èyè pa des  p'tits sentiers à traux éyè à cayaux, on s'intassoû dins les pachî dèd'ja couleur " jaune pichoulit ". On sakoû  les feuilles sans l' z'abîmer pasqu'on savoû trop bî qu' el s'rinn'tè in potchûte dins nos n'assiette èl lend'min au din.ner.

Tout in marchant, no maman nos racontoût, pou nos fé peu, l'histwâre du " Pont d'fier " aïusqué l'z' allemands avinn'twè èl mayeur dè Waudrez. Nos n'ânrrin' nî co passé d' su pou cint francs. On n'arrivoû au bo d'Bonne-Espérance. El preûmie solèye lwisoù d'sus l'mézon du garde qui r'chénoû, dins nos n'imagination, à l'cienne dé Blanche-neige. L'homme des bos nos moustroû les bourgeons gonflants éyé les nouviaux nids tout dins l'fond des futaies. I nos f'soû r'nifler les bruyères éyè ascouter les guernouilles qui s'rinveillinn'té. I n'voloû nî nos s'plikî pou qué c'qu'èle sé promennin'té toudi à g'vaû, ieûne dessus l'aute. On continuoû l'prom'nâde in s'foutant d'li, pasqu'il avoû l'habitude dé fé des fouilles dins s'nez in parlant éyè qu'y mingoû toudi ses pilûres.


Deux-twas tours dé moulinets pou traverser prudamînt les rails éyé on arrivoû à l'étang. Tout d'suite, èm'papa wétoû si s'place n'astoû nî prise. Nî trop à l'ombre, nî trop au solèye, nî trop long non pu… du cabaret d'chez " Odile ". Ràd'mint, il amorcoû avû s'pâte " secrète " qu'il avoû mélindgie èl mitant d'èl nwît éyè y lançoû ses lignes à l'yaû.

Nous z'autes, nos l'lèyînt' à ses tours dé passe-passe pasque nos but c'astoû l'bos d'Fauroeulx. No papa d'soû

toudi, avec ène risette d'air dè biète à no maman, qu'on " avoû pierdu pu d'fleurs dins s'bos là qu'on n'd'avoû cueilli ".

L'aute, bî seûr, elle gloussoû d'binaiseté sans trop nos l'fé vire. D'jé compris, pu tard, dins l'même bos, pouqué

s'c'qu'èle nos f'soû bouchî nos orèyespindant qu'il inscandissoû les siennes avec tous ses sot'  ryies. Amédée,

il astoû sourd mais… y sintoû bî les vesses, savé!

Tout d'in coup, d'  su n'dizène dé mètes, nos poussin't in cri d'joie. El tapis d'fleurs astoû à nos pieds, com' ène

binde dé  pigjons qu'on a lachie éyé qui r'vienn'té d'Angoulème.  Nos n'avinn't pu qu'à tinde les bras pou les mète

in bouquet.  Pindant des heures, c'astoû l'grand régal, sans oublyï l'sie des tartines à l'omelette toutes rinscandies

qu'on avou apporté dins l'grand panie in osier qui cherviroû à mète les clokettes jaunes.  C'est, kerkî com' des

baudets, qu'on r'vénoû r'joinde les pécheu, au cabaret bie seûr. Oh ! I n'avinn'té nî ratindu pou r'plouyï l'matériel

éyé i z'astinn'té à l'soi-disant première partie d'  cartes. I sufisoû d'compter les verres vudes su l'comptoir pou

s'rinde compte qu'y n'les avinn'té nie mi à leu n'oreye. El' nwit keyoû quand on perdoû l'vie train d' bos à p'tits

compartimints pou r'véni à l'gare dé Binche. Les hommes avinn' té toudi in escuse pou r'passer d'in chufler ieune

ou deux à " l'Espérance " , à " l'Alhambra "  ou bie " Chez Poty " quand y n'finissin'té nie leu tournée des grands

ducs chez " Châle Baudoux "  ou bie à " Flip Garin " .

Nous autes, nos astinn't moûrts skettés éyé scrants, mais tél' mint heureux éyé binaise d'ène d'journée si bien rimplie.

Surtout nos astinn't prêts à r'couminchie.


Aud'jord'hui, quand d'j'y r'pinse, d'j'ai co in p'tit pincement d'cœur éyé ène petite larme à l'œil. Les images, les couleurs, les bruits, les odeurs, tout r'vî autour dé mi. C'astoû y a longmint… d'jà bie longmint… trop longmint ! C'dimince-ci, èm' maman a 99 ans. Bie seûr qu'elle vit co ! D'je m'in vas radmint chez " Jeanne Mertens ". Elle s'ra binaise dé lire èm billet. Vous étou… d'je l'espère.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

                                                                                                                                       Marcel BOUSSART


                                                                                                                                                  16 avril 2007

RETOUR PAGE DES BILLETS PATOISANTS