Présentation
Produit

BILLETS PATOISANTS DIVERS

    VERS PAGE D'ACCUEIL

VACANCES  -  ANGELO  -  textes de Marc LEFÈBVRE

LES CONCOURS DE VIOLES


Tous les ans, on fsoût des concours dé violes à Binche. I faut dire qu'à s'moumint là, i d'avoût au moins ène vingtaine, èle se rassemblines à Bacgnies au cabarèt de l'L'arrêt du tram", et desquindines^té tout du long du grand-rûye in djwant chaceune à leû tour jusqu'à chez Boubou, doulà, les djweûs reperdines alène, pour s'présinter à l'baraque instalée devant l'cabaret colombophile, ays qué muchîs pa dérière, se ténoût èl jury.

On ascoutoût religieusemint èle cadence du porteû, l'air choisi, l'qualité dé l'instrumint.
Après is s'in d'alines-té dins Binche jusqu'à l'Hôtel dè ville pour cevwâr leu prix, c'qui donoût quédfwâs lieû à des discutions intré les djweûs mais infin, c'astoût de bone guère, l'anéye d'après c'astoût l'tour d'in aute.


In aute afère avec les violes, les concours dè "pas d'viole", audjordwui disparus;

D'sus l'place astoût dressé in kiosque et doulà des acharnés d'èle viole s'in rdonines à coeûr jwâ, is moustrines-yé leû souplesse à danser, "fé in pas", idférentes figures astines-té présintées, 'l'pétit pas dsus place", "à guiguite", "l'pâs cwâsé", "à la Russe" et "au dseûr du vêre" qu'on posoût à têre et ays qu'el danseû tournoût in dansant ou fsant les diférentes figures.


I avoût des fameûs danseûs : "Lété", "Chica", Chabraque", "Cucu", 'L'piqué", èt co des autes, tous des vrés Binchoûs.


Tout mètnant, i a co des Binchoûs mais l'mentalité a candgî, on s'prind trop fièr, ablayeû et pourtant... is n's'aves-té nî c'qu'is piertes.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

VACANCES


Vacances, poû nous autes gamins, ça fsoût autant d'éfèts qu'in feû d'artifice dins no boudène, fésant spiter pa nos îs des éclèrs dé jwas.


A s'moumint là on n'parloût ni co dé partî in Espagnes ou in Amérique, pasqué poû les parints tayeûrs c'astoût "èle bone séson", on scrénoûs, on fésoût chinc quârts, pour yète tranquiye pou l'ducasse, adon, les infants on les invouyoût printe les bonès airs à l'Samme, djoli cwin muchî dins les bos à l'coupète dé Binche. On partoût dé l'escole d'"Azile" incâdrés pa des moniteûrs, on nos intindoûs à in kilomète, télmint que nos cantines, ... In kilomète à pieds ça use, ça use...


Lauvau on djwoû au foulârd, au fanion, gendarmes et voleûs, on s'in rdonoût au pus foûrt, dsus l'temps du din.ner, on rintroût dins l'sére pou mindgî ène jate dé soupe, avec leu tartines qu'on avoût mis dins bésace avec èl flacon in fièr rimpli dé limonâde qué m'maman fésoût avec des citrons, n'avines ni co dé thermos.


Après l'siète abligatwâre, faloût bî que les moniteûrs minchent étou, nos rcouminchines à djwer, mais l'moumint atindu, c'est quand on nos permétoût dé daler printe in bain dins l'rivière au barâche dé l'étang.


Mais tout avoût ène fin, faloût s'aprester pour redesquinte dins Binche, on rvénoût scran, réduit, quédfwas avec des poques et des pourcheaux, mi dje m'rapèle avwâr ervénu à no méson avec èl cu dé m'marone desquiré et dj'ai du traverser tout binche insi. Bèles vacances d'ayièr dont on rêve cou tout mètnant.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Nous sommes en période de vacances et dès lors, nous avons choisi de vous présenter deux textes relatifs à cette période : ANGELO, qui évoque un marchand de glaces d'antan et VACANCES. Agréable lecture !

ANGELO


Avec l'esté arivines-té les condgîs, et surtout... les crêmes à la glace.


Mes parints parlines-té souvint dé Thérèse à l'crême, mi d'Angélo. Qui c'ît ? In Italien v'nu cachî d'é l'ouvrâche in Belgique, et qui fsoût d'èle crême à la glance come on n'in fé pus, surtout avec ses cornets in pâte bî croustiyants, ... (scusez-èm, dje blèfle co).


Dins l'quartier, il avoût pris l'abitude dé passer vers les twâs, quate eûres, si bî que dins les mésons ayus qui n'avoût des infants on n-intindoût pu n'mouche pou avwâr ène crême à la glace, les infants d'morines-té assis désus leur quéyère sans boudgî dins poiye jusqu'au moumint où in intindoût au long l'trompète d'Angélo, adon, on voiyoût les portes s'ouvrîs, on couroût à l'rincontre d'Angélo avec es kérète à baldaquin, ène kérète peinte dé bèles peintures, avec ses bwates rcouvertes de capiaus in cwuive bultés. In riyant i nos dmandoût si nos avines-té sâge, (on n'astoût toudi sâge à s'moumint là) si waye, i nos fsoût monter dins l'kérète jusqu'au cwin suivant et léchî l'place à les autes dé l'aute quartier.


Quand dje passe dins Binche co audjord'wui, i m'chène que dj'intind co l'trompète d'Angélo pa derière in tournant, ... et dje sus co prète à monter dins s'kérète.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Texte de MARC LEVÈBVRE

RETOUR PAGE DES BILLETS PATOISANTS